POINT: La thérapie lithique systémique doit être utilisée pour l’embolie pulmonaire subventionnelle? Oui. Contrapunto: La thérapie lithique systémique doit être utilisée pour l’embolie pulmonaire subventionnelle? Non.

Les directives du Collège américain des médecins thoraciques de 2012 (ACCP) ne sont pas tentées sur l’utilisation de thrombolytique chez les patients présentant une embolie pulmonaire sous-échantillonnant (EP). À propos de It David Jiménez Commentaires dans son éditeur Les résultats de deux essais cliniques multicentralisants, randomisés et à double insu, chez les patients atteints de sous-meumage aigu, hémodynamiquement stable.

Les stratégies de gestion et le pronostic de l’essai d’embolie pulmonaire – 3 (MAPPT-3) (Konstantinides et al, NEJM., 2002) montrant une association entre la fibrinolyse avec davantage d’héparine alteplasa et une diminution significative du taux de mortalité intrahospitalier et de la détérioration clinique par rapport à l’anticoagulation. La fréquence des saignements majeurs était légèrement plus élevée dans le groupe avec monothérapie avec de l’héparine. D’autre part, l’étude d’embolie pulmonaire italienne de ténectéplase (TEPS) (Becattini C, Cols, Thrrrr Res, 2010) reflétait une amélioration de la fonction ventriculaire droite associée à la combinaison d’anticoagulation plus la fibrinolyse avec ténecplase, significative par rapport à l’héparinisation isolée. À 30 jours, 3 récurrences ont été enregistrées dans le groupe anticoagulé par rapport à 1 dans le groupe traité avec la combinaison. Avis Jiménez Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les médecins sont inclinés en faveur de Thrombois. Bien qu’aucune de ces études n’a démontré des avantages supplémentaires en termes de survie.

fait initialement des divergences dans l’identification du patient avec un risque élevé de détérioration clinique ou de mortalité . Le premier point sur lequel souligne est la nécessité de combiner des critères échocardiographiques pour définir la dysfonction ventriculaire droite (DVD). En cas de DVD et de stabilité hémodynamique, la cote de risque nécessite une considération, en outre, des biomarqueurs cardiaques (Troponine I, BNP) et des ultrasons de membres inférieurs, d’évaluation des blessures du myocarde et de la charge du thrombus. En tant que contrepoint, Biello et collaborateurs soulignent que chez les patients atteints d’EP, normotensives, la recherche de DVD varie de 27 et 55% en fonction des critères appliqués par lesquels ils doutent de leur valeur en tant que paramètre epagnétique submergé. En outre, le diagnostic d’embolie pulmonaire (PIOPH) II (Stein et al, AJM, 2008), qui n’a pas montré de différences de mortalité chez les patients atteints ou sans DVD; Pendant ce temps, Bova et Cols (J Thromb Haesty, 2009) ne considère pas que des marqueurs tels que Trooponine I, BPN, etc. ont des utilités pour prédire la mortalité.

en deuxième instance, Jiménez cite des études d’urgence multicentrices Pulmonaire Embolie dans le registre du monde réel (empereur) (Pollack et al; JACC, 2011) et la valeur pronostique de la numérisation multidétecteur CT dans des patients hémodynamiquement stables avec embolie pulmonaire pulmonaire symptomatique aigu (protection) (Jimenez et al. JIMENEZ et al. J thrombolidose, 2012), les deux avec L’héparine de monothérapie et un taux de mortalité à court terme 3,0%, ce qui laisserait un avantage supplémentaire 1% pour la thérapie fibrinolytique. Il suggère, en ce qui concerne ces résultats, qui est important pour examiner l’impact de ce traitement dans d’autres paramètres tels que la qualité de vie, l’évolution du DVD et le développement de l’hypertension artérielle pulmonaire. Bilello et collaborateurs soulignent l’absence d’avantages hémodynamiques à long terme et mentionnent une méta-analyse (Tardy et al. Thromb Res., 2009) dans laquelle aucune différence n’a été observée dans les taux de mortalité et de récurrence.

concernant Le risque de saignement, Jiménez définit que les chiffres de 13% de saignements majeurs ont été réduits, peut-être lors de l’utilisation de méthodes d’imagerie non invasives qui évitent les crevaisons vasculaires. Bien que pour Bilello et al cols, un risque de saignement mortel à 2% reste significatif.

Conclusion

Jiménez est montré en faveur de l’utilisation de thrombolytiques chez les patients atteints de PE sous-émoussables aiguës, Normoensive, avec des DVD sévères, une blessure au myocarde et une thrombose veineuse profonde au moment du diagnostic du PE, sauf qu’il y aurait exprimé une contre-indication, à son avis, Thrombois empêche la détérioration clinique et les besoins de Thrombois d’urgence. Cependant, il recommande d’envisager chaque cas individuellement

pour sa part Bilello et ses collaborateurs cit la 9ème édition des directives ACCP sur la base des éléments de preuve faisant référence à la thérapie antithrombotique et à la prévention de la thrombose (Kearon et al. Coffre, 2012) . Ces guides se manifestent contre la thrombolyse chez les patients sans hypotension, limitant leur utilisation à des cas spécifiques de patients présentant une instabilité clinique qui ne s’améliorent pas avec des anticoagulants et avec un risque de réduction de la pression artérielle.De même, ce panneau ne favorise pas la mesure de biomarqueurs de routine ou de la taille du ventricule droit. En outre, également, les recommandations de l’American Heart Association (Jaff et al. Circulation, 2011) qui limite la thérapie fibrinolytique aux cas de Sous-partage du PE et des preuves cliniques de pronostics médiocres (instabilité hémodynamique, aggravation de l’insuffisance respiratoire, de graves DVD, de nécrose myocardique) et faible risque de saignement. Bilello et collaborateurs ne sont pas opposés à la thrombolyse chez les patients atteints de sous-échantillon EP, mais à leur utilisation aveugle et estimant que leur indication doit être analysée au cas par cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *