Premiers secours émotionnels


Applications de l’Orgontrapia à une praxis médicale générale

Les applications de la thérapie médicale organique, enseignée par Wilhelm Reich, aux problèmes d’une praxis médicale générale Dans une zone rurale, il y a 25 ans (1952) une technique que j’ai appelée (premiers soins émotionnels). « Les premiers secours émotionnels » exigent la capacité de l’intuition à une époque résultant d’années d’expérience médicale, de contrôle rapide du corps et de la psyché. Vous devez savoir comment rechercher l’essence d’un problème, de pouvoir constituer le diagnostic approprié, Et en conséquence, la direction présumable du traitement doit être celle de « aide ».
Un exemple:
Le patient se plaint des palpitations irrégulières, sent le rythme cardiaque dans sa gorge. Son angoisse est évidente. Nous vérifions la glande thyroïde en appuyant et commandez des échantillons de sang pour détecter les niveaux d’iode dans le plasma. Mais lorsque nous examinons le corps physique, nous détectons des symptômes de la peur, des tensions chroniques. Les élèves sont dilatés, l’expression des yeux est craintive, la boîte thoracique est maintenue dans une position inspiratoire et la voix sort du larynx comme « s’il y avait une boule dans la gorge », etc. Il est interrogé sur sa vie. Les 35 ans avaient eu trop de grossesses à cause de la foi catholique de la famille de son mari, dont la foi interdit le contrôle des naissances. Ses grossesses étaient finies dans des avortements et des naissances sans vie à cause d’une incompatibilité de type sanguin avec son mari (Rho Gamaglobulin n’était pas enregistré). Pour obtenir une compréhension sexuelle avec son mari, il doit risquer une autre grossesse avec un résultat fatidique. Son vagin avant l’examen pelvien a une température élevée et des pulsations de disques. La frustration sexuelle aiguë est admise, une agonie qui s’abstienne que la Cura recommande, j’ai imposé à ce sujet. Cela commence à pleurer. Je l’ai placé dans une salle de superposés dans la salle d’examen médical et l’a encouragé à libérer leurs sentiments. Il a appliqué un léger massage sur La poitrine pour vous aider à approfondir vos expirations, « laissez échapper le plein air au maximum ». J’applique un massage doux sur les muscles occipitaires et frontaux combinés à une incitation que votre voix devient plus forte. Il l’a tapoté doucement sur les muscles soumissionnaires pour libérer la mâchoire fixe, il pousse la zone sous la langue rigide.
Son cri augmente, une certaine colère remplace le sentiment d’impuissance et se détend progressivement. Environ 20 minutes plus tard, nous avons discuté de vos préférences sur la méthode de contrôle des naissances. Je vous donne un diaphragme et je vous conseille de procurer la stérilisation. Je ne l’ai plus jamais vue, mais je connaissais d’autres membres de la famille (c’était une « pratique familiale ») à quel point il était heureux de devenir le changement décisif de son modèle de vie. Temps total requis: environ 1 heure. Pendant ce temps, l’impatience dans La salle d’attente de l’hôpital. L’isolation sonore a été obtenue à travers une pièce ou une chambre lumineuse.
Deuxième exemple: un homme d’âge moyen vient à mon bureau, « bouleversé » parce qu’il ressent une douleur aiguë dans le ventre. La pression artérielle est normale, le cœur bat fortement, normal et régulier, a essentiellement un bon look. Il n’a pas de diarrhée, ni de vomissements ni de fièvre. L’abdomen n’est pas flasque. Dans notre dialogue, je communique qu’il vient de rentrer d’un enterrement – un très cher ami était mort soudainement. Il n’a pas eu envie de pleurer là-bas (« hommes ne pleurons pas »). J’ai fait un examen rectal pour vérifier la normalité de la prostate. Son sphincter apparaît tendu. Je lui dis que son cri supprimé « peut être ce qui cause une douleur dans l’épigastre. Peut-être que son État s’est amélioré, offrant librement son émotion contenue. Il dit qu’il est prêt à le faire. (Je suis sûr qu’il ne sait même pas ce que signifie « psychologie », il est travailleur avec des mains calluées qui apporte son meilleur costume, obsolète, qui utilise seulement pour aller aux funérailles, les mariages ou les mettre les dimanches). Je respire Librement, à la maison, alors que j’ai appuyé sur la marge du ruban de votre coffre fixe, grand et empreeemateux. Je vous incite à griefer « Laissez votre visage faire ce qu’elle veut faire par elle-même, pouvez-vous pleurer et déplacer votre crâne? » En essayant de faire ce mouvement, j’applique un massage à vos muscles du visage, doucement; est ce que j’appelle « le toucher du papillon ». « Maintenant, ouvrit mes yeux beaucoup, comme effrayé, puis les fermaient fortement … répéter … répéter. » Nous travaillons sur la mâchoire tendue, et sur les muscles du cou . « Pouvez-vous faire résonner la voix? Comme s’il chantait une note, comme un soupir de son fort. » Elle se sent cuit et rougie. « Il est normal d’avoir des sentiments, c’est mieux si vous les ayez, laissez-les leur permettre ». « Je suis l’étrange femme médecin, mais il m’a accordé l’autorité venant à mon bureau.Il n’y a pas de temps d’agir à travers les défenses, toutes les couches, toutes les barres et toutes les circonstances. Est-ce une urgence aiguë, éventuellement une crise cardiaque? (Occlusion de Conoraria), une attaque de la vésicule biliaire? Ou un ulcère peptique aigu? Si rien ne se passe, je vais bientôt devoir vous calmer (Demerol, 100 mg.) Ou faire admettre comme une urgence à l’hôpital le plus proche (puis à 40 miles de distance). Je ne dis pas ce que je pense. J’essaie d’assumer des modes silencieux et dignes de confiance. Très typique d’un médecin. Je viens de dire « Nous allons traiter quelque chose de nouveau, voyons un instant si nous sommes de bonne façon, voyons si cela a été utile avant d’utiliser un médicament. » Maintenant, il pâle, il commence à haleter , il se sent nauséeux. Je dis que la nausée est provoquée: « Avec un doigt chatouilleusement le fond de sa gorge sans cesser de faire un son » … De cette façon, je mets en pratique un reflet d’archae qui se traduit par son supérieur et le bas du corps commence à trembler. Il essaie de le faire une fois, deux, trois; C’est une lutte. Suda, la salive coule. Il est couché sur un côté (avec oreiller pour garder la tête érigée). Il soupire, la réflexion fait son effet, il pleure qui n’a pas pleuré pendant longtemps, peut-être une vie entière.
Quand calme, je donne un Sédatif, un sédatif. Il n’en a pas besoin. C’est largement excité. « Merci, docteur, je me sens beaucoup mieux, très bien, mais profondément excité ». Il y a une salle « de récupération » ci-dessous, mais vous n’en avez pas besoin. Vous pouvez conduire vers votre maison, plusieurs centaines de kilomètres. J’écris une note à votre médecin chef. Temps – 45 minutes. Il n’y a pas de traitement.
Troisième exemple:
comme interne, dans le service médical privé (1 949), je suis commandé de faire un examen de routine de l’admission à une femme au foyer de Philadelphie (c’est une dame moyenne). Il est allongé sur son lit d’hôpital dans un état de désordre, lui avoir donné 15 mg. de morphine un moment avant par une douleur aiguë du dos. Votre médecin a diagnostiqué une possible luxation d’un disque d’invertébrés thoracique. Je commence à examiner: le courant, de la tête à pied, une observation rapide rapide, car le patient est déjà bien connu de la part de son médecin. Il n’y a pas de nouvelles.
Tout en la surveillant, nous discutons. Il me dit les mauvais moments qui sont arrivés avec son fils qui a un carcinome métastatique. « Quelle pitié de si jeune et merveilleux fils, qui vient de graquer à l’école, je ne peux pas me le voir souffrir comme ça, et le médecin dit qu’il mourra bientôt. » Il dit cela d’une voix monotone, sans émotion. Son émotion. Son émotion. a été « somatisé » dans les tensions extrêmes de votre corps. Sa tête, son cou et son thorax se déplacent à l’unisson. Il a un bras surélevé dans l’air et ne le baisse pas quand c’est gratuit. Vos muscles sont « difficiles comme une planche ». Pourrait-il arriver que la douleur musculaire aiguë soit directement en raison de la catastrophe de votre vie? Peut-il arriver que « continue à endurer » a accru sa croûte au point de causer une crise insupportable de douleur ? Je suis bien tombé. Je lui dis que « j’étudie précisément comment relâcher des sentiments qui sont réprimés et causent des tensions dans les muscles. Je voudrais l’aider à résister et à soulager ses douleurs. » Elle admet qu’elle se sent « saisie » de toutes les heures. Nous travaillons. Continuez à haleter, soupirez enfin de commencer à crier. Il crie comme un cochon rôti vivant, comme une femme sur le point de assassiner, comme un fou dans une « cage fou ».
Le cri au début est tranchant, à travers les cordes vocales tendues, puis commence à élargir et devient énorme gémir de dessous du diaphragme. Il n’y a pas d’isolation sonore dans un hôpital. Les infirmières sont en cours d’exécution. Je suis référé à l’administration, le médecin de famille est informé … Le patient est victime d’une énorme colère, toute la colère concentrée d’être Une victime devient maintenant une rébellion contre un système médical inhumain … Je défends son droit de libérer son émotion contre tous ceux qui arrivent – disant simplement « nous libérons des sentiments réprimés. »
s’est finalement rendu, se détend. Après avoir été entendu, après l’avoir donné la permission de sorte que « sois elle-même », elle est maintenant épuisée, mais soulagée, réelle, calme, éveinte et consciente. Le dos est doux. Le cou est aussi. Le visage a également été fait. Le visage a été rendu belle, mais triste. Elle sait maintenant ce qu’elle a créé des maux de dos, me cache l’immensité de son chagrin. Elle est radieuse, elle se manifeste de se sentir des sensations chatouilleuses sur tout son corps, en particulier dans la zone inférieure. Nous travaillons parfois plus. Il a traversé un peu plus encore Plusieurs examens de rayons X, tous avec un résultat négatif, et ont quitté l’hôpital dans quelques jours, se sentant euphoriques et préparés pour l’avenir. La douleur n’a pas revenu. Comment pourrait-il ignorer son propre médecin le lien entre les émotions réprimées et les tensions musculaires ? Cela n’est pas enseigné à l’école de médecine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *